1er Mai à Liège : 800 personnes pour un plan d'urgence sociale

800 militants, jeunes et travailleurs se sont rassemblés ce 1er Mai à Liège. D'abord, pour écouter les discours du PTB-go! et du PC, ensuite, pour manifester pour un plan d'urgence sociale dans le rues de Liège. Et continuer à célébrer la fête du Travail, historique et pleine d'actualité, dans une ambiance festive.

Jeudi 1er Mai, 10h30, Place Saint Paul à Liège. Raoul Hedebouw monte sur le podium : « Inspirons-nous des pionniers qui, en 1886, ont mis sur la table la revendication de la journée des 8 heures. On les traitait d'utopistes, le patronat disait que cela ruinerait l'économie. Aujourd'hui, rendons hommage au mouvement ouvrier et son histoire : heureusement que les pionniers de la gauche en Europe et dans le monde n'ont pas accepté les dogmes du renoncement et de la fatalité. »

« Renforçons la gauche »

Jean Fagard et Marcel Bergen, du Parti Communiste, sont également intervenus. Ensuite, c'est Fred Gillot, ouvrier sidérurgiste et tête de liste PTB-go! à la Région, qui a pris la parole : « Je rencontre beaucoup de personnes ces temps-ci, sur les marchés notamment, qui ne veulent pas aller voter, qui sont désabusés, dégoutés de la politique. C'est la responsabilité des partis traditionnels, avec leurs politiques de droite. Camarades, c'est à nous d'aller reconquérir ces gens. Redonnons leur le goût de la politique avec une gauche de combat. Une gauche qui ose. Une gauche qui défend les travailleurs. Une gauche de reconquête sociale. »

 « C'est nous, ici, dans la rue, qui construisons l'histoire sociale, clôture Raoul Hedebouw avant de donner le coup d'envoi de la manifestation. Et avec tous ceux qui se rassemblent autour du PTB-go! : les camarades du PC, tous les syndicalistes qui sont sur nos listes, les personnalités du monde culturel, académique, la LCR. Bravo et merci à tous : pour renforcer la gauche, votons PTB-go! le 25 mai. » Retrouvez ici le message du 1er mai de Raoul Hedebouw (discours complet).

Un crayon rouge géant et une envie de changement

A l'appel du PC et du PTB, qui organisent cette manifestation ensemble de puis 5 ans, c'est un calicot « pour un plan d'urgence sociale » qui devançait les manifestants. Et c'est non moins de 800 personnes qui ont porté leurs revendications haut et fort... et en couleurs. En effet, la manifestation était remplie de créativité. Sarah, 30 ans, est venue témoigner sa colère et son « envie de changement ». Mina et Patrice, 48 ans, affirment eux que « le PTB est proche du peuple, il dit tout haut ce que les gens pensent tout bas. Les petits qui payent toujours, ça nous énerve ! »

Une bonne délégation de Comac, le mouvement de jeunes du PTB, était également dans la manifestation avec un énorme calicot "Pour un avenir social" et un crayon rouge symbolique de 6 mètres de long. « Le fossé entre riches est pauvres n'arrête pas de grandir. Et plus on attend, pire ce sera, explique Imane, une étudiante de 18 ans. Nous sommes les travailleurs de demain. »

Toutes les générations étaient représentées. Fernande, 80 ans explique que sa fille, qui a un handicap physique, va être exclue du chômage au 1er janvier 2015. « On jette les handicapés du chômage, alors que certains essayent de travailler ou travaillent, comme ma fille qui fait les ALE. Ils ne remplissent pas les heures de travail donc on les met quand même dehors. C'est honteux. »

600 brochettes de chiques

D'autre part, certains scandent des slogans : « On ne demande pas la lune, juste l'impôt sur la fortune ! » Une délégation de sidérurgistes manifeste également. Comme Mohammed, 40 ans : « On survit, on travaille mais ce n'est pas suffisant. Je travaille dans une des succursales d'Arcelor Mittal et je connais bien la situation des sidérurgistes : ça ne va pas du tout. »

De retour sur la Place Saint Paul, les manifestants se dispersent. On mange un pain saucisse, on parcourt les stands des nombreuses associations progressistes présentes. Les jeunes de Comac vendent des brochettes de chiques (600!) au profit du fonds de soutien pour la campagne du PTB-go!. Et des militants distribuent par centaines des cartes postales « Je renforce la gauche, je vote PTB-go! ». La fête n'est pas terminée...

Tags: 
1er Mai