Conseil communal spécial intercommunales : le PTB à propos d'Intradel

Intradel est la société intercommunale de traitement des déchets des communes de la province de Liège. Cette société est gestionnaire de plusieurs outils de traitements des déchets en région liégeoise : l'usine d'incinération de Herstal, la décharge d'Hallembaye (Oupeye) et de nombreux parcs à conteneurs.

L’objet social d'Intradel « s’inscrit clairement dans les valeurs fondamentales de respect de l’environnement, de maîtrise économique, de responsabilité sociale, d’amélioration permanente et de service au public ».

La mission principale d’Intradel est donc le respect de l’environnement avec l'objectif de limiter le poids des déchets. Pourtant, le nombre de kg de déchets/habitant stagne (508 kg), et ceci malgré le fait que la Wallonie est un très bon élève de l’Europe en matière de tri et revalorisation des déchets. Ce débat de fond est soigneusement évité à tous les niveaux, car elle touche au système de production et de consommation capitaliste : la quantité de déchets est directement proportionnel au degré de capitalisme dans la consommation et distribution de biens.

Concernant le service au public, le principe de coût-vérité mène à des prix astromomiques pour les ménages (cfr. factures à Seraing) et l’exclusion de toute une cité (Pontisse-Herstal) du service de base de la collecte.

Intradel se vante d’être une entreprise publique à 100%, mais il y a de trop nombreux partenariats avec le privé : Uvélia (Suez) et le ramassage des déchets (Sita-Suez).

À propos du niveau des rémunérations, la direction (comité de pilotage) compte six personnes (Luc Joine, Marie Claire Nossent, Christian Claes, Patrice Decelle, JJ DePaoli, JM Digneffe) et a reçu en 2016 883 000€ de rémunérations, soit 147.000€ brut par membre, y compris frais et assurance groupe. En comparaison un député parlementaire reçoit 87 790€ brut plus un forfait de 25 500€ non taxé.

Le Conseil d’administration compte 25 membres. Les jetons de présence et défraiement mensuels pour 2016 s’élèvent  à 218 818,41€, dont 2.900€/mois pour le directeur, 2.000€ pour le vice-président et 1750€/mois pour les membres du comité directeur. Les 25 administrateurs comptabilisent ensemble 288 mandats dont 111 rémunérés. On peut se poser la question éthique de la nécessité d’autant d’administrateurs pour 250 emplois et surtout de la hauteur des rémunérations pour le travail fourni et la nécessité d’une rémunération supplémentaire pour tous ces « cumulards », d’autant plus que le bilan 2016 affiche un perte de 10,4 millions € (compensé par l’intervention des associés, c'est-à-dire les villes et communes et la province de Liège, donc indirectement le citoyen).

Le PTB a voté CONTRE l'ordre du jour de cette intercommunale tel que proposé.

Intervention au conseil communal du 12/07/17