La rénovation des logements sociaux boulevard des Hauteurs est-elle en train de se transformer en un calvaire ?

Ce lundi 6 ocotobre, Raoul Hedebouw, conseiller communal du PTB, interpellera le collège communal à propos des travaux de rénovation des logements sociaux situés boulevard des Hauteurs à Liège. Voici le texte de son interpellation.

La rénovation des logements sociaux du Boulevard des Hauteurs est en cours depuis quelques longs mois. Cette rénovation était nécessaire : les bâtiments datant des années 50, ils n'étaient plus en conformité depuis longtemps au niveau de l'électricité, du chauffage ou encore des sanitaires. Mais malheureusement, au lieu de susciter de l'enthousiasme, cette rénovation a créé un grand champs de tensions avec les locataires. Il y a bien eu une réunion d'information début février mais les craintes déjà exprimées à ce moment-là n'ont pas reçu de réponses : Quand les travaux vont commencer ? Selon quel échéancier ? Comment serons-nous relogés … ou pas ?
La presse s'est faite écho de ses problèmes en partant notamment de la réalité difficile d'une octogénaire qui se bat pour continuer à vivre dignement pendant ces travaux. D'autres témoignages nous sont parvenus. Ils sont tout autant alarmistes : des familles sans électricité ni chauffage. Des sanitaires difficiles d'accès. Des personnes confinées dans 4 ou 5 m² à cause des travaux dans leur appartement. Et ne parlant pas des tensions permanentes avec les travailleurs des chantiers qui n'y peuvent rien causées par une absence d'information élémentaire à transmettre. Certaines personnes – et elles sont nombreuses – ont fait le choix de déménager et d'ainsi perdre leur droit au logement social. « J'ai préféré préserver ma santé et partir. Je ne savais plus comment me battre contre cette machine infernale. » Voilà ce que nous a dit une dame exaspérée et désespérée par le manque de considération pour les locataires sociaux. Malheureusement, des locataires en situation précaire ne peuvent pas toujours faire ce choix et les perturbations que génèrent ces travaux ont pu avoir de graves conséquences sur leur situation.
S'il se réjouit que l'on investisse encore dans le logement social, le PTB ne peut accepter que de telles rénovations se transforment en autant de tensions voire de drames sociaux. Le service de médiation a bien été contacté mais les réponses étaient souvent incomplètes et se limitaient à accompagner les gens dans leurs problèmes sans pouvoir les résoudre.

Madame Yerna,
Nous savons que de nombreux manquements ont eu lieu dans ce dossier. Primo, l'information aux locataires a été défaillante : un courrier leur a été adressé une semaine avant le début des travaux sans aucun échéancier. Cette information restait assez laconique sur le déroulement de ces travaux. Secundo, les droits des locataires a été bafoué. L'information complète des locataires sur leurs droits et notamment leur droit au relogement a été négligée. L'accompagnement social, pourtant une des missions des sociétés de logement, a – semble-t-il – été oublié. Mes questions, madame l'échevine, sont donc :
Pouvez-vous informer le conseil des procédures suivies lors de cette opération de rénovation, notamment des démarches entreprises envers les locataires ?
Que peuvent faire les autorités communales pour remédier dans l'immédiat aux problèmes pratiques que subissent les locataires ?
Comment comptez-vous remédier à ces manquements à l'avenir ?

Raoul Hedebouw
Pour le groupe PTB+