Pour une citoyenneté active qui reprenne le pouvoir au 1 % et qui réponde aux besoins démocratiques, socio-économiques et environnementaux de notre temps

A l'occasion du conseil provincial thématique intitulé « L'engagement citoyen, c'est l'affaire de tous ! », Rafik Rassaa, chef de groupe PTB+, est intervenu pour rappeler l'importance du renouveau démocratique face à la méfiance justifiée d'une grande majorité de nos concitoyens envers « la politique ». En attendant la diffusion de ce conseil provincial thématique mercredi 21 décembre à 20h45 sur RTC Télé Liège et TéléVesdre, vous pouvez lire ci-joint le texte de son intervention.

Selon une récente enquête de la RTBf sur la dite « génération quoi » (Y generation), 90 % des jeunes francophones de 18-34 ans n’ont pas confiance en la politique. 98 % pensent que les hommes politiques sont généralement corrompus. Peut-on leur donner tort ? Entre un sénateur payé 2114€ l’heure pour faire des lois sur mesure pour un milliardaire belgo-kazakh, des patrons d’intercommunales soupçonnés de voyages à Dubaï pour voir des Grand Prix de Formule 1 aux frais de la princesse, un ex-député provincial toujours prompt à cumuler jusque 17 mandats rémunérés encore en 2015 et au même moment des accords tripartites – heureusement mis en échec – pour préserver ce privilège, sans oublier enfin la mise en lumière récente de l’ordre de Malte réservé à une caste pour servir ses intérêts … Le paysage politique belge, et provincial en particulier, offre un spectacle désolant d’une démocratie nécrosée mal occupée à préserver un système au service des 1 % les plus riches. Et les jeunes citoyens ne s’y trompent pas. Dans la même enquête, on apprend que pour plus de 90 % c’est la finance qui dirige le monde et qu’il y a de plus en plus d’inégalités en Belgique. Mais beaucoup de jeunes veulent s'engager pour une autre société et 61 % d’entre eux sont même prêts à participer à un mouvement de révolte du type mai 68… Plusieurs reportages que nous verrons aujourd’hui démontrent à souhait que les citoyens sont prêts à s’engager pour des actions concrètes qui répondent à leurs besoins d’une société plus égalitaire, plus libre du pouvoir de l’argent, plus soucieuse de mettre le développement technologique au service des besoins de l’humanité en protection sociale et environnementale, émancipation, débats et créativité.

Outre l'exigence d 'exxemplarité et d'éthique politique, je veux profiter ce cette tribune pour rappeler une proposition chère à mon groupe, le PTB+, celle de l’instauration d’un budget participatif. Ces budgets pourront à terme concerner tous les domaines de la vie de la privince. Cette démarche, née au Brésil dans les années 80, permet d'inventer une nouvelle culture politique et d'accentuer le sens de la citoyenneté active. Depuis Porto Allegre, plusieurs expériences en Europe se sont développées et il devient urgent que de telles expériences se développent également en Province de Liège. Une citoyenneté engagée est nécessaire pour redynamiser notre système de démocratie représentative. Et cela passe surtout par une dynamique harmonieuse à organiser avec de nouvelles formes de démocratie participative et délibérative. A l’ère de l’hyper-connectivité et des réseaux sociaux, il est encore plus aisé d’orchestrer une telle dynamique. Rendons le pouvoir aux 99 % pour répondre aux besoins démocratiques, socio-économiques et environnementaux de notre temps.

Rafik RASSAA
Pour le groupe PTB+