Publifin va-t-il redevenir une intercommunale 100 % publique aux mains des associés provincial et communaux ?

Ce jeudi 27 avril se tenait un conseil provincial, le premier « post André Gilles ». C'était l'occasion pour Rafik Rassaa, conseiller provincial PTB+, d'interroger le nouveau député-président Paul-Emile Mottard, par ailleurs élu président du nouveau CA de Publifin le 30 mars dernier. Pour le contrôle public de l'intercommuanle, il n'y a toujours aucun engagement. Aucun commentaire non plus sur les récentes décisions concernant Nethys. Compte-rendu des échanges.

Question d'actualité posée par Rafik Rassaa

Monsieur le député-président,

Vous voilà donc élu à la présidence de Publifin. Et déjà force est de constater que nombre de décisions continuent à vous échapper. A l’époque du débat sur le rachat du groupe « Vers l’Avenir », nous dénoncions la coquille vide qu’était en train de devenir Publifin. A l’époque le président de Publifin, président de Nethys et député-président provincial me répondait – et je caricature à peine - que grâce à son cumul le contrôle public était maintenu et exercé. Aujourd’hui, après la nomination de Pierre Meyers à la présidence de Nethys – réputé par ailleurs pour son implication dans le scandale des Panama Papaers, celle de François Fornieri, patron de la firme pharmaceutique Mithra comme administrateur et enfin celle d’André Gilles au poste de président du comité exécutif et stratégique de Nethys, il est légitime de se poser la question du contrôle réel que peuvent exercer les associés provincial et communaux de Publifin.

Nous avons entendu que c’est transitoire – un dernier petit scandale dirons-nous, on n’est plus à un brouhaha près pour ne pas parler des rémunérations scandaleusement élevées qui se poursuivent dans la nébuleuse Nethys.

Nous aimerions vous entendre Monsieur Mottard en votre qualité de député-président de la Province de Liège, associée majoritaire de Publifin, à propos de ce contrôle public nécessaire et sur ces décisions récentes.

D’avance merci pour réponses.

Réponse de Paul-Emile Mottard

Après avoir rappelé la mission confiée à la prochaine Assemblée Générale « consistant en l’analyse de toutes
les pistes de réflexion quant au devenir de l’intercommunale, lesquelles seront soumises à la
délibération des associés lors d’une seconde Assemblée générale » , le député-président s'est engagé à soumettre des réflexions et de premières décisions à la lumière des travaux de la commission parlementaire. Décisions qu'il juge « vitales d’un point de vue économique mais aussi attendues des citoyens » .

En résumé

Toujours aucun engagement clair et beaucoup de prudence dans les réponses du nouveau député-président. Bien sûr, il n'a pas jugé utile de condamner les dernières décisions prises en Nethys et qui perpétuent le système.