Saint-Léonard : une première victoire sur le front des banques

Une fois de plus, l'action paie !

Il n'y a pas si longtemps, le quartier Saint-Léonard comptait encore quatre banques. Depuis, l'avidité des actionnaires a entraîné pertes d'emplois et fermetures d'agences : pour eux aussi, les « actions » doivent payer, et exiger des dividendes à deux chiffres ne se fait pas sans conséquences.

Déjà en décembre 2013, le PTB s'était opposé à la fermeture de l'agence Belfius du quartier. A l'époque nous anticipions ce qui risquait de suivre. L'avenir nous a donné raison, puisque les agences BNP-Paribas-Fortis et, tout dernièrement, ING, ont également disparu de notre quartier.

Avec les habitants et les commerçants, nous avons organisé le 27 septembre 2016 une action de protestation devant l'agence ING. Notre revendication était le maintien de deux distributeurs par quartier 24 h/24, et nous exigions des autorités communales qu'elles prennent leurs responsabilités en ce sens.
http://liege.ptb.be/communiques/fermeture-de-l-agence-ing-saint-leonard-les-habitants-ne-veulent-pas-etre-victimes-de-la#.V_JIOER3fLE.facebook

Mis sous pression par cette résistance populaire, le bourgmestre Willy Demeyer a déclaré à la réunion du comité de quartier du 29/11/2016 qu'il avait écrit à cinq banques pour leur demander l'installation de distributeurs à Saint-Léonard, information qui a été confirmée au conseil communal de ce 12 décembre.

Nos revendications ont donc été partiellement entendues; c'est déjà une victoire, même si cela ne suffit pas.

Il faut en effet se souvenir que les banques, notamment celles que nous avons dû renflouer, font d'importants bénéfices. Pourtant, les clients doivent toujours payer de plus en plus, pour bénéficier de moins en moins de services. Dans le même temps, les travailleurs sont de plus en plus mis sous pression.

Depuis la privatisation du Crédit Communal (devenu Dexia, puis Belfius) et de la CGER (englobé dans BNP-Paribas-Fortis), seuls les actionnaires sont encore pris en compte. Les citoyens, qu'ils soient clients ou travailleurs, ne sont plus que des « variables d'ajustement ». Ca ne peut pas durer, il est urgent que nous retrouvions une banque publique, gérée dans l'intérêt de tous.

La population de Saint-Léonard et d'ailleurs peut compter sur le PTB pour soutenir cette revendication : après cette première victoire, ensemble, nous devrons continuer la lutte !