Un blanc-seing pour poursuivre la privatisation larvée de #PubliFin et autoriser des salaires de CEO à 1M d’euros , ça sera sans le PTB

Ce mardi 28 mars une proposition d'ordre du jour de la prochaine assemblée générale extraordinaire de Publifin était soumise au débat du conseil provincial. Un ordre du jour qui donne mission au futur conseil d'administration de « réfléchir sur le devenir de l'intercommunale ». Une mission pour le moins floue et sans aucune garantie quant au caractère 100% public de l'intercommunale, quant à la fin des salaires indécents pratiqués chez Nethys et ses 77 filiales et quant aux nécessaires réformes en terme d'éthique et de gouvernance. Rafik Rassaa, pour le PTB+, a exprimé les raisons pour lesquelles il refusait ce blanc-seing octroyé au futur CA. Voici son intervention.

Plusieurs slides de présentation aujourd’hui pour nous convaincre à quel point la nébuleuse Publifin est une réussite industrielle liégeoise et presque publique ! Les valeureux liégeois, tous ensemble, contre les méchants concurrents flamands ou bruxellois, contre la méchante tutelle ou encore contre le méchant régulateur … Voire même contre la mondialisation sauvage ! Ah, non, ça c’est avec. Je crains que plus personne ne croit à votre discours. Votre disque est rayé, bien rayé et rien ne sert de nous répéter la même antienne.

Non, PubliFin n’est plus une intercommunale 100% publique. Elle ne l’est plus depuis que les gestions opérationnelle, stratégique et confidentielle ont été confiées à Tecteo Services SA devenue ensuite Nethys SA, une société de droit privé. On a même ajouté une société écran, Finanpart SA entre Publifin et Nethys SA, pour ajouter à l’opacité et brouiller encore les esprits. De cela on ne parle que très peu dans l’historique que nous avons reçu.

Aux deux points initiaux soumis dans la résolution du Conseil Provincial demandant la convocation d’une Assemblée Générale Extraordinaire, on a ajouté 4 points nécessaires pour améliorer la gouvernance de Publifin : réduire le nombre d’administrateurs, supprimer les émoluments fixes et remplacer cela par des jetons de présence, supprimer le Bureau Exécutif et enfin supprimer la possibilité statutaire de créer des comités de secteurs. Pour toutes ces propositions, nous voterons POUR. Mais, nous n’acceptons pas qu’il n’y ait rien comme orientation claire et précise pour la défense d’un modèle d’intercommunales 100 % publiques, il n’y a rien pour supprimer les salaires indécents des CEO à plusieurs centaines de milliers d’euros. Il n’y a rien pour exiger avec la population le remboursement, oui le remboursement , des sommes folles qui ont circulées dans cette nébuleuse durant de longues années pour nourrir la cupidité de plusieurs hommes et femmes politiques.

Ca sera donc sans nous pour voter le point 6 et la mission à confier au nouveau Conseil d’Administration pour réfléchir sur le devenir de l’intercommunale. Ce n’est pas un vote pour un statu-quo mais bien un vote pour exiger un véritable changement avec des garanties sérieuses quant au retour de Nethys SA dans le giron public, quant au remboursement des sommes volées aux consommateurs et aux autorités publiques et enfin des garanties quant à une éthique irréprochable en terme de gouvernance.

Enfin, ce sera sans nous aussi pour le dernier point à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Non pas que l’on s’oppose à une élection statutaire : la majorité en place votera bien sûr pour sa reconduction. Mais bien parce que le PTB continue à être exclu du débat au sein même des intercommunales. En effet, tous les partis sont représentés dans le conseil d'administration de Publifin. Tous sauf un : le PTB. Pourtant, nous avons les conditions requises à savoir des élus communaux et régionaux. Dès lors, quel est le prétexte utilisé pour nous écarter ? PTB+, qui est le nom de la liste déposée en 2012, n’est pas la même que PTB-go qui est le nom de la liste déposée en 2014. On a vu mieux comme excuse bidon et on a vu aussi des listes tantôt MR, tantôt MR-IC pour ne citer qu’un exemple. Les regrets de Mr Marcourt hier au conseil communal de Liège sont les bienvenus, mais il faudrait passer des paroles aux actes.

Votes du PTB :

  1. Fixation du nombre d’administrateurs : POUR.
  2. Fixation des montants en jetons de présence : POUR.
  3. Suppression du bureau exécutif : POUR.
  4. Suppression de la possibilité de créer des comités de secteurs : POUR.
  5. Modifications statutaires liées à ces points : POUR.
  6. Mission à confier au nouveau Conseil d’Administration (CA) : CONTRE. Le conseil provincial n’a pas à donner de mission « vague » à ce CA ... le PTB défend une interco 100% publique, le remboursement et une autre éthique, notamment en termes de salaires des dirigeants d’entreprises publiques.
  7. Démission des mandats administrateurs : POUR.
  8. A défaut, révocation des mandats d’administrateurs : POUR.
  9. Election statutaire. CONTRE.

Rafik RASSAA,
Pour le groupe PTB+

Enregistrer