Webzine des Chiroux, évaluation de la CPU et démocratie supracommunale

Ce lundi 27 mars 2017 étaient soumis au débat du conseil provincial de Liège plusieurs rapports d'activités. Rafik Rassaa (PTB) est intervenu pour formuler trois propositions : un Webzine des Chiroux pour redonner envie de lire, une évaluation de la Certification par Unités dans l'enseignement qualifiant et l'organisation d'un débat public sur l'avenir de l'instituion provinciale et le renforcement de la démocratie supracommunale.

Un Webzine des Chiroux pour redonner envie de lire

Les chiffres de fréquentation des bibliothèques des Chiroux sont en baisse depuis quelques années : tant en nombre de prêts qu’en nombre d’abonnés nouveaux. Plusieurs initiatives positives sont entreprises pour rendre les bibliothèques des Chiroux des lieux de rencontres et de vie et cela à travers la multiplication des offres en animations et événements socioculturels. Sans doute, sans ces initiatives, les chiffres de fréquentation seraient encore plus bas. Néanmoins, je pense qu’il ne faut pas se résoudre à cette baisse. Le livre, sous sa forme papier comme sous sa forme numérique, gardera encore pour longtemps un rôle irremplaçable dans l’éducation et l’éveil à la culture et au sens critique de nos concitoyens.

Avec mon groupe le PTB+, nous aimerions soumettre une proposition en vue de (re) donner envie à un maximum de personnes le plaisir de lire. Nous proposons de développer un Webzine des Chiroux : un magazine numérique des bibliothèques des Chiroux qui proposera une mise en perspective d’un événement ou d’une thématique d’actualité à travers une revue des livres et multimédias disponibles à la location dans les bibliothèques de la Province. Un exemple très réussi existe à Lyon avec le webzine « L’influx », un autre à Grenoble avec plusieurs blogs dont le « Trollire » dédié à la littérature jeunesse.

En attendant l’amélioration nécessaire d’un point de vue « expérience utilisateur » de l’interface du catalogue des bibliothèques et en combinaison avec l’initiative « Eurêkoi », cela permettra de promouvoir de façon régulière et diversifiée une série d’ouvrages disponibles dans les bibliothèques de la Province.

Je vous remercie d’avance pour l’attention que vous porterez à cette proposition.

Certification par Unités (CPU) dans l’enseignement qualifiant : une évaluation est nécessaire avant toute généralisation

A la page 75 du rapport d’activités du département de l’enseignement provincial, on évoque la Certification par Unités ou CPU en vigueur depuis 2013-14 après une première année expérimentale en 2012-13. Six sections de l’enseignement qualifiant en Province de Liège sont concernées. Si le rapport parle d’une commission pédagogique chargée de l’élaboration de procédures pour la mise en place de la CPU et de la création d’outils de remédiation, nul part on ne fait mention d’une évaluation de cette CPU ni de son année expérimentale ni des années suivantes. Cette évaluation est pourtant cruciale puisque les réformes annoncées notamment dans les projets du Pacte dit « d’excellence » parlent de généraliser ce système.

Pour rappel, la CPU est ce système « organisant la certification des savoirs, aptitudes et compétences professionnels en unités, qui sont des ensembles cohérents d’acquis susceptibles d’être évalués et validés » selon le site du Ministère de l’Enseignement. Au nom de cette cohérence, on a scindé l’horaire en deux en séparant cours généraux et cours de l’option. Au nom de cette cohérence, on a aussi construit des référentiels pour les cours généraux qui sont uniquement orientés en fonction de l’option choisie (En Français on apprendra principalement à prendre en charge un client ou poser un diagnostic ou encore maîtriser la conversation liée au conseil et à la vente des produits et des services). Sans parler des problèmes liés à la certification partielle des unités d’apprentissage. Bref, cette CPU pose beaucoup de questions sinon des problèmes aujourd’hui. Il serait incompréhensible de la généraliser sans procéder à une évaluation approfondie avec tous les acteurs de l’enseignement qui ont participé à ou subi (c’est selon) cette réforme.

Merci de nous faire savoir si une telle évaluation est prévue.

Pour un débat public sur l'avenir de l'insitution provinciale et de la démocratie supracommunale

L'organisgramme présenté dans le rapport d'activités nous rappelle à quel point toute la politique supracommunale repose sur des structures principalement exécutives (des conférences de bourgmestres). Bien sûr, l'un ou l'autre débat arrive au conseil provincial ou communal de l'entité concernée. Mais, tout est prémâché en dehors de tout débat public. Après les scandales ou bouhaha - c'est selon - liés à Publifin, j'ose espérer que cet état de fait ne vous satisfait pas ou plus... Bref, avec mon groupe PTB+, nous pensons que la réflexion institutionnelle doit se poursuivre pour des services publics maximum au service de la population et en débat avec elle. Nous proposons donc que les strucutures actuelles, bien qu'imparfaites, organisent un vrai débat public sur l'avenir de l'institution provinciale et de la démocratie supracommunale.

Rafik Rassaa,
Pour le groupe PTB+