Conseil communal de Liège et CHR Citadelle: Médaille d’or de l’hypocrisie

Flagrant délit de larmes de crocodile au conseil communal de Liège le 26 février. Suite à la motion déposée par le PTB, le PS, le CDH et le MR concèdent que les mesures d'austérité de Maggie De Block seront catastrophiques pour l'hôpital du CHR, mais acceptent de les appliquer docilement.

Le conseil communal touche à sa fin, mais il reste dans la salle réservée au public un groupe très attentif : des travailleurs du CHR de la Citadelle sont venus écouter les débats sur la motion déposée par le PTB en soutien à leur lutte.

Sophie Lecron, conseillère communale : « Nous avons déposé le mois passé une motion pour exprimer notre soutien à cette lutte légitime des travailleurs du CHR et faire réfléchir la direction du CHR sur le caractère anti-social de ce plan. Le texte de la motion interpelle également le gouvernement fédéral qui souhaite imposer un marché concurrentiel entre hôpitaux et une logique de rentabilité dans un service public. Le combat des travailleurs, avec des arrêts de travail spontanés, une grande manifestation et sept jours de grève est exemplaire et a déjà fait reculer la direction avec notamment le recul partiel sur la prime de fin d’année et la transformation de 50 CDD et en CDI. Mais concernant la « prime de 11 % pour prestations inconfortables », la direction tente de diviser le personnel avec une proposition qui n’a manifestement pas recueilli – et à raison – le consentement des travailleurs. Avec les travailleurs et leurs représentants syndicaux, nous disons que pas un euro d'économie ne doit être fait sur le dos des travailleurs et des patients. Le CHR est assis sur une réserve de 65 millions d’euros. Et il y a moyen de trouver des marges dans la sécurité sociale tout en maintenant la qualité des soins et sans mettre la pression sur le personnel. Par exemple la généralisation du modèle kiwi ou l’alignement des honoraires des spécialistes sur le système universitaire. »

Concrètement, avec quelques amendements apportés par les groupes Ecolo et Vega, le PTB propose que le conseil communal

  1. Considère que ce n’est ni aux membres du personnel ni aux patients de faire les frais des économies. (...)
  2. Demande à la direction du CHR de revoir ses mesures de restriction budgétaires, d’éviter toute réduction supplémentaire du personnel, (…) d’accorder une attention particulière aux revenus les plus faibles
  3. Demande au gouvernement fédéral de renoncer à ses économies importantes dans les soins de santé.

Réponse des autres partis ? Écrire une lettre à Maggie

La majorité PS-CDH, dans laquelle siège Marie-Claire Lambert (PS) présidente du CHR, rejointe par le MR, propose une contre-motion. Qui commence par dénoncer les mesures d’austérité de Maggie De Block et du gouvernement fédéral (dont fait partie le MR – faudrait savoir) pour ensuite accepter de les appliquer. Voir photo. La seule décision prise par la majorité est donc d’écrire une lettre à Maggie et d’encourager une conclusion harmonieuse des négociations au CHR.

Colère et désarroi

Dans le public, les réactions ne tardent pas. Nathalie, Corine et Laetitia ont fait leurs calculs. Même avec les nouvelles propositions de la direction, elles vont perdre presque 1.000 euros par an. Quand on en gagne 1.600 par mois, ça fait beaucoup. « Ce qui les intéresse, c’est de « rentrer dans les chiffres », mais nous, comment on va rentrer dans les nôtres ? »

Benoît Drèze, conseiller communal CDH et administrateur du CHR, essaie de venir se justifier. « Vous vous rendez compte de ce que vous venez de voter ? Vous trouvez ça décent de nous faire gagner 1.000 euros de moins sur l’année pour faire le même travail ? » « J’ai fait garder mes deux petites filles pour venir vous écouter ce soir. Qu’est-ce que je leur dis demain matin? Qu’on ne partira plus en vacances ? » « Avec vos voitures de fonction à 40.000 euros, vous ne savez pas ce que c’est de devoir gratter à la fin du mois » « Vous dites que la diminution de la durée des hospitalisations entraîne une diminution du volume d’activité de l’hôpital. Ce n’est pas exact, il y a au contraire plus d’hospitalisations et notre charge de travail augmente ».

On peut toujours dire non

Le 28 février la direction du CHR va mettre sa dernière proposition sur papier. Une proposition qui reste inacceptable pour beaucoup et que le personnel peut toujours refuser.

Ce combat ne touche pas que les travailleurs de la Citadelle. Les autres hôpitaux ne sont pas épargnés par l’austérité. Maggie De Block veut mettre les hôpitaux en réseaux et instaurer une logique de rentabilité au lieu d’une logique de service à la population. Une victoire des travailleurs de la Citadelle peut aider tous les autres à gagner. Et à revendiquer un refinancement des soins de santé, qui donne au personnel les moyens humains et financiers d’assurer des soins de qualité et de proximité.

 

Contact PTB Soins de santé

alice.bernard@ptb.be

0477 41 52 45


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • a commenté 2018-02-27 16:20:20 +0100
    toujours plus de travail…..dans de mauvaises conditions pour toujours moins de salaire…c’est le progrès ? pas pour les travailleurs en tout cas…pour quelques privilégiés qui bouffent au râtelier et la ferment oui …c’est le processus qui a conduit les nazis au pouvoir….En fait nous vivons de plus en plus dans des lieux d’exploitation…à ciel ouvert…

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?