Le collège PS-MR ouvre une nouvelle période de disette à la Province : le PTB dénonce les nouvelles restrictions budgétaires

Ce jeudi 25 mars 2021, la majorité PS-MR en Province de Liège soumet au vote un cahier de modifications budgétaires conséquentes pour l’année 2021: une réduction des dépenses ordinaires de pas moins de 3,062 millions d’euros à laquelle il faut ajouter une réduction des recettes de 683.000 euros. Rafik Rassaa, chef de groupe PTB, réagit « La majorité PS-MR ouvre une nouvelle séquence de restrictions budgétaires : personnel, frais de fonctionnement, subsides pour le monde associatif culturel, éducatif, social et sportif. Tout y passe. A cela s’ajoute une baisse conséquente des dividendes d’Enodia. La saignée a commencé et il est à craindre qu’elle se poursuive dans les années à venir. Pour le PTB, la réforme du financement des zones de secours, invoquée par la majorité PS-MR pour imposer ces restrictions, doit être revue d’urgence. Il en va de la pérennité des services publics provinciaux. »

Et le chef de groupe PTB de détailler les restrictions à venir : «  Ce ne sont pas moins de 26 ETP¹ qui ne seront plus assurés par la Province. Il s’agira du non-remplacement de travailleurs retraités mais aussi des travailleurs vacataires auxquels faisaient appel les différents services provinciaux qui ne seront plus appelés cette année. Les services de la jeunesse, des bibliothèques, des musées et expositions ne feront ainsi plus appel à aucun travailleur (vacataire) extérieur. Le service des sports perdra lui plus de la moitié de ses animateurs extérieurs.

Les frais de fonctionnement seront aussi réduits d’un montant proche de 700.000€. Et ce n’est malheureusement pas fini puisqu’il a été demandé à tous les départements comme aux institutions para-provinciales de réduire linéairement leurs dépenses de 15 %. Ces réductions futures s’accompagneront aussi d’une réduction de personnel à ne pas en douter. Et enfin, les dépenses de transfert, les subsides aux institutions et associations culturelles, éducatives, sportives vont être impactées pour 1,3 millions d’euros. Citons notamment les institutions culturelles et artistiques comme l’OPRL, l’ORW ou l’Asbl Cinéma Liège qui perdent un total de 439.000€. Bref, la Province ne peut pas sacrifier autant de services sur l’autel du financement imposé et peu négocié des zones de secours. Des secteurs en souffrance comme celui de la culture, de l’événementiel, du social ou celui du sport attendent au contraire un plus grand soutien. C’est incompréhensible de réduire structurellement des dépenses dans de tels secteurs. Il est à noter enfin que la majorité PS-MR réduit et ou reporte des investissements pour 2,4 millions d’euros. C’est aussi significatif d’une tendance générale à la réduction de la voilure des dépenses de l’institution provinciale. »

A la veille d’une mobilisation sociale nationale, le PTB souhaite relayer les cris d’alarme entendus au sein de l’administration provinciale : « La quantité comme la qualité des services rendus par la Province vont être affectés demain par ces mesures de restrictions … si une autre solution de financement n’est pas trouvée pour les zones de secours. » Et Rafik Rassaa de conclure « La guerre entre municipalistes et provincialistes dans les états-majors du PS et du MR est une guerre perdue d’avance. Parce que l’efficacité comme la qualité des services rendus à la population en seront les premières victimes. Il est urgent de trouver un financement pérenne pour les zones de secours entre les différents niveaux de pouvoirs et de renégocier tant avec la région wallonne qu’avec le fédéral une autre répartition plus équilibrée et plus étalée dans le temps. Différents secteurs impactés par la crise sanitaire - culture, jeunesse, social et sports – attendent de l’institution provinciale qu’elle renforce sa présence et ses subsides. Et non qu’elle réduise ses budgets. »

 

1 : La baisse de dépenses ordinaires de personnel est égale à -1.060.181,00. Divisée par 40.000€, on arrive à 26,5 ETP.

Envie d’agir avec le PTB ?