Quelles solutions pour préserver l’Abri de Jour rue Morinval ?

Ce lundi 30 septembre le conseiller communal David Ambrosio a interpellé le collège PS-MR pour demander quelles solutions sont envisagées pour préserver l'Abri de Jour, rue Morinval à Liège, menacé de fermeture. Le PTB continue de demander des subsides structurels pour tout le tissu associatif du Relais Social qui se bat pour rendre de la dignité aux personnes vivant dans une grande précarité et l'arrêt de la mise en concurrence entre les différentes asbl à travers le système d'appel à projets.

Interpellation de David Ambrosio (PTB) au conseil communal du 30 septembre 2019

Le 4 février dernier j’ai interpellé le collège sur les risques que faisaient peser la politique d’appel à projet - à enveloppe fermée - sur le tissu associatif actif dans la lutte contre la pauvreté. Monsieur le bourgmestre avait alors tenté de me rassurer sur les menaces qui pesaient sur deux associations en particulier tout en regrettant la réduction de l’enveloppe budgétaire consacrée par la Région Wallonne aux plans de cohésion sociale. 3 mois plus tard, ces plans de cohésion sociale ont été soumis à ce conseil. Si nous avons salué le fait que la commune pallie en partie au sous-financement de la RW, nous avons regretté que cette logique usante, inefficace et destructrice d’appels à projet soit maintenue.

Aujourd’hui cette politique d’appels à projet va faire des dégâts très concrètement puisque l’asbl Abri de Jour (rue Morinval) risque purement et simplement de disparaître faute de participation à l’appel à projet et donc faute de subsides. Nous souscrivons à une politique ambitieuse basée sur le relogement d’abord des personnes précarisées, le « Housing First ». Mais ne pouvons accepter qu’au nom des ces politiques nouvelles, toutes les associations dépendant du Relais Social qui ont des pratiques diverses abandonnent l’objet social de leur association pour la cause. Ces associations répondent à des besoins concrets. L’Abri de Jour répond à des besoins concrets : d’accueil de jour, d’écoute, d’insertion, d’orientation vers les services adaptés et de réponses à des besoins primaires (chaleur, sécurité, vêtements et alimentation).

  • Quelles solutions envisagez-vous pour le maintien de l’Abri de Jour, rue Morinval ?
  • A quand des subsides structurels pour tout ce tissu associatif en lieu et place de ces appels à projet ?

Réponse du collège

Le collège a noyé le poisson dans un débat pollué par d'autres interventions sur le règlement de la mendicité à Liège et a renvoyé la responsabilité aux gestionnaires de l'Asbl dont il dit ne pas comprendre la décision. David Ambrosio a rappelé la mort de 35 personnes en rue cette année alors que l'hiver n'est pas encore là. Il a regretté que le collège ne réponde pas de façon précise sur les dangers de la mise en concurrence des acteurs associatifs avec une enveloppe fermée de subsides. Enfin, il a fait souligner au bourgmestre Demeyer que la nouvelle Ministre de tutelle appartient à sa famille politique et qu'il ne doit pas hésiter à exiger des fonds supplémentaires pour la lutte contre la pauvreté.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?