1000€ d’électricité supplémentaires pour déshumidifier son logement : le coût ne doit pas reposer sur les ménages !

Dans les logements sinistrés, les appareils de déshumidification et les canons à chaleur électriques tournent à plein régime. C'est nécessaire, mais ceux-ci font terriblement augmenter la facture d'énergie, qui peut atteindre voire dépasser les 1000€ selon les cas. C'est évidemment impayable pour les sinistrés.

Depuis le mois de juillet, la question des déshumidificateurs est un véritable problème pour les Liégeois sinistrés. Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB à Liège : « Face aux besoins que nous relayons sans cesse du terrain depuis le début des inondations, la ville a d’ailleurs mis à disposition 500 déshumidificateurs. Malheureusement ces déshumidificateurs ainsi que les chauffages électriques qui tournent dans nos quartiers sinistrés entraînent une augmentation colossale de la facture d’électricité. »

A Kinkempois, une habitante témoigne : « J’ai utilisé deux déshumidificateurs, 24h/24 pendant 4 semaines. Cela va me coûter 628€ en plus sur ma facture ». C’est énorme. Pire : pour deux déshumidificateurs professionnels (2 kwH) et un canon à chaleur électrique (10 kwH) qui tournent pendant un mois, on dépasse facilement les 1000€ de surcoût ! 

Ces situations sont nombreuses sur le terrain. Dans La Meuse, Mme Jérôme explique ce surcoût est actuellement de 10€ / jour avec le déshumidificateur qu'elle utilise.  « J'attends maintenant celui de la Ville. J'ai besoin d'un plus gros, explique-t-elle. Mais comme mes voisins, je tremble déjà en pensant à ma facture de fin d'année. D'autant que, comme nous n'avons toujours pas de gaz, on doit utiliser des radiateurs électriques. Et on n'a plus de porte. Et à côté de ça, on branche aussi des ventilateurs. Il nous faut des réponses, qui va prendre ces surcoûts en charge ? »

Un tel surcoût énergétique est littéralement impayable. En plus de cela, le coût de l’électricité continue d’augmenter, ce qui va évidemment empirer la situation.

« J’ai dû débrancher la machine de déshumidification, qui me bouffe tout mon salaire » raconte un autre travailleur. On en arrive là. Pour certains, il devient impossible de déshumidifier la maison à cause du coût engendré.

La région wallonne vient de débloquer 16 millions d'euros pour les 34 000 logements concernés. Cela représente 470 euros par logement. On voit tous les jours en discutant avec les habitants dans les quartiers que ce sera insuffisant. D'abord, ces 470 ne peuvent pas couvrir la dépense énergétique de gros appareils industriels puissants. Surtout si l'on compte un canon à chaleur en plus : on peut alors facilement dépasser les 1000 euros de surcoût par mois. Ensuite, il faut au moins 2 mois pour qu'un déshumidificateur soit efficace. Pour Sophie Lecron, « la région doit aller jusqu'au bout de sa démarche, en faisant intervenir les assurances par exemple, ou bien via Resa qui vient de faire 50 millions d'euros de bénéfices en 2020. » 

Et Sophie Lecron de conclure : « J'ai interpelé la majorité liégeoise à ce sujet ce mardi 28 septembre. Madame Yerna (PS) a dit être bien consciente de ce problème et y travailler, mais la réalité est que les gens sur le terrain ont reçu des mails officiels disant explicitement "la ville ne s'est engagée à rien à ce sujet : voyez avec les assureurs". C'est plus qu'inquiétant ! Face à cette majorité qui semble perdue et n'a pas de solution, j'ai rappelé une énième fois les pistes multiples qui existent. »