Actualités

Le PTB demande aux autorités communales de déboulonner les accoudoirs anti-sdf sur les nouveaux bancs des abri-bus de Liège.

Dans le cadre du nouveau marché avec JCDecaux (pour rappel la Ville leur a octroyé le nouveau marché en mai 2017 pour 15 ans pour un montant de 50 millions d'euros), les autorités communales avaient commandé la rénovation des abribus de Liège. Derrière une rénovation vantée comme intelligente par le communiqué de la Ville, les bancs sont revenus rénovés... de dispositifs anti-SDF !

 

Pollution de l’air à proximité des écoles : que respire nos enfants ?

L'inquiétude de la population va grandissante devant les menaces quotidiennes pesant sur la santé. La liste des alertes ne cesse d'augmenter et si fort heureusement les faits sont souvent dénoncés, encore faut-il agir. Des problèmes liés au vieillissement des réacteurs nucléaires de Tihange, à la présence de métaux lourds dans le sol, en passant par la détection de particules de plastique dans les bouteilles d'eau et les toutes récentes révélations concernant la qualité douteuse de certaines viandes, les situations à risques se multiplient.

Cité Terwagne : Suite aux actions des locataires, le Logis social est obligé de rendre des comptes

Humidité, moisissures, pluie dans le salon, électricité non conforme et des questions concernant l'amiante sans réponse, … Les habitants de la cité Freddy Terwagne à Grivegnée n'en peuvent plus de leurs conditions de logement et du manque de prise en considération de la part de la direction du Logis Social. C'est pourquoi, avec le soutien du PTB, ils ont organisé une action ce mardi 6 mars, juste avant l'Assemblée des locataires.

Sept raisons pour continuer à refuser le plan d’économies

La direction de l’hôpital a déposé la dernière version de son plan d’économie le 28 février. Elle dit qu’elle ne changera plus d’avis. Mais la résistance du personnel depuis deux mois l’a déjà fait reculer. Alors, faut-il limiter la casse ou continuer à ne rien lâcher ? Le personnel a la possibilité de voter jusqu’au 12 mars. Et les raisons de refuser les économies n’ont pas changé.

Par Alice Bernard 

Conseil communal de Liège et CHR Citadelle: Médaille d’or de l’hypocrisie

Flagrant délit de larmes de crocodile au conseil communal de Liège le 26 février. Suite à la motion déposée par le PTB, le PS, le CDH et le MR concèdent que les mesures d'austérité de Maggie De Block seront catastrophiques pour l'hôpital du CHR, mais acceptent de les appliquer docilement.

Vers plus d'information et de transparence pour les travaux communaux ?

Régulièrement nous sommes interpellés par nos concitoyens concernant le déroulement des travaux, petits ou grands projets, réalisés par la ville de Liège. Il faut bien reconnaître qu'il est très difficile de leur répondre tant les informations sur le sujet, quand elles existent sont dispersées, lacunaires et peu claires.

Non à la privatisation de la société d'assurances pensions l'Integrale

Lors des prochains conseils communaux, les communes liégeoises vont devoir se positionner par rapport à Nethys qui demande de transférer les actions qu'elle détient dans l'intercommunale Ecetia finances vers l'Integrale, une société d'assurance pensions que Nethys a racheté dernièrement. Pour Damien Robert, président provincial du PTB, cette recapitalisation pose problème : « On fait appel à l'argent public pour régler les problèmes de l'Integrale sous prétexte de sauver les pensions complémentaires. Mais dans le même temps, Nethys transforme la caisse d'assurances en société anonyme, supprime le contrôle des travailleurs sur leurs propres pensions complémentaires et permet à des dirigeants ou consultants de la société de toucher des salaires scandaleusement énormes tandis que la Ministre veut, cerise pourrie sur le gâteau, pousser à sa privatisation totale. Cette orientation nous pose de gros problème et nous ne pouvons pas souscrire à cette logique. Ce n'est pas en avançant dans cette voie que les droits des travailleurs qui ont cotisé seront respectés  ».

Plan d’austérité à la Citadelle : les travailleurs déterminés à aller jusqu’au bout

Depuis deux mois, la direction de l’hôpital de la Citadelle essaye d’imposer un plan d'austérité de 11 millions d’euros dont la moitié serait portée par les travailleurs et les patients. Au départ ce plan prévoyait notamment la suppression de 35 équivalents temps plein, une diminution de la prime de fin d'année et la suppression de la prime pour prestations inconfortables (11 % du salaire). Mais depuis le début les travailleurs refusent qu’eux-mêmes et les patients soient les victimes de cette politique antisociale. Si la direction ne fait pas complètement marche arrière lors de la prochaine réunion de négociation le 20 février, le personnel partira en grève le 21, 22 et 23 février.

« Besoin de moyens pour prendre soin des patients »

C’était juste avant les fêtes de fin d’année. La direction de l’hôpital de la Citadelle à Liège a décidé déconomiser 12 millions d’euros, dont plus de 5 millions à charge du personnel et des patients. Mais la résistance s’organise. Après une journée de grève et une manifestation de 1000 personnes le 25 janvier, le personnel est en grève ces 1er et 2 février.

Le PTB soutient la réouverture d’une salle de consommation pour toxicomanes à Liège

Intervention de Sophie Lecron (PTB+) dans le débat sur la réouverture d’une salle de consommation pour toxicomanes (29/01/2017) 

Monsieur le bourgmestre, notre groupe apporte son soutien à la proposition de rouvrir une salle de consommation à l’usage des toxicomanes. Nous sommes pour la renaissance du projet Tadam et sa pérennisation pour le même groupe-cible, sévèrement dépendant à l’héroïne et résistant au traitement par méthadone. Il faut en effet permettre aux patients de ne plus consommer d’héroïne de rue et en rue, et par là diminuer les pires effets de son assuétude, à savoir les overdoses, la transmission d’hépatites B et C ou du HIV, le recours à la criminalité et la dégradation de la santé mentale. Une salle de consommation offrirait non seulement des conditions sanitaires décentes mais surtout de nouer contact avec ces consommateurs en vue de les raccrocher à un programme de substitution, comme l’expliquait encore récemment le criminologue André Lemaître (ULiège), ex-directeur du projet Tadam.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?