Cité Terwagne : Suite aux actions des locataires, le Logis social est obligé de rendre des comptes

Humidité, moisissures, pluie dans le salon, électricité non conforme et des questions concernant l'amiante sans réponse, … Les habitants de la cité Freddy Terwagne à Grivegnée n'en peuvent plus de leurs conditions de logement et du manque de prise en considération de la part de la direction du Logis Social. C'est pourquoi, avec le soutien du PTB, ils ont organisé une action ce mardi 6 mars, juste avant l'Assemblée des locataires.

« Nous sommes venus en tenue de travail pour effectuer nous-mêmes symboliquement les travaux de rénovation en profondeur que nécessitent les logements de la cité Terwagne », explique Laura Leon Fanjul, en charge du dossier logement pour le PTB Liège-Ville.

Suite à une première pétition qui avait récolté près de 100 signatures fin octobre, et suite aux interpellations de Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB au conseil communal, le Logis social avait enfin réagi aux nombreuses plaintes.

En décembre de l'année passée, la direction du Logis Social a organisé pour la première fois depuis longtemps une première réunion avec les habitants. Il s'agissait d'une première victoire. Après cette réunion, une petite minorité des signataires a reçu la visite du conducteur de chantier. Et parmi eux, seule une petite minorité a obtenu de petits travaux de rénovation. Mais pour la grande majorité des cas, pas de nouvelles. Afin de se faire entendre, les habitants ont alors décidé d'organiser une action ludique juste avant que ne se tienne la deuxième Assemblée des locataires avec la direction du Logis social, pour lui demander que des actions sérieuses soient entreprises en matière de rénovation.

Humidité : « Et on nous dit "chauffez à fond", et on nous dit "ouvrez les fenêtres" »

On comprend l'exaspération des locataires, la situation devient urgente. De nombreux locataires, dont des enfants et des bébés, vivent dans de graves problèmes d'humidité et ce depuis au moins 2 ans, avec tout ce que cela implique pour leur santé : problèmes respiratoires, asthme, polyarthrite rhumatoïde,…

Les problèmes d'humidité sont structurels, mais le Logis social persiste à individualiser le problème et à remettre la faute sur les locataires : « On leur dit de mettre le chauffage à fond, et d'aérer », dénonce Laura Leon Fanjul, « pire : lors de la réunion des locataires qui a suivi l'action, la direction a osé dire qu'elle disposait des relevés compteurs de tous les logements et qu'elle allait vérifier qui se chauffait suffisamment ! C'est totalement illégal et cela ne résoudra en rien le problème de l'humidité qui vient de l'extérieur ! ».

Mettre toute l'électricité aux normes ? « Attendez fin de l'année ou l'année prochaine »

En octobre, le Département Logement de la Région Wallonne s’est rendu sur place et a constaté des manquements en matière d’installation électrique dans le bâtiment 8. Suite à ce rapport, le Département de police administrative et de sécurité publique de la Ville de Liège a adressé un courrier au Logis social. Un courrier accordant un délai de trois mois maximum pour remédier au problème. Ce délai c'était le 28 février 2018 mais jusqu'alors rien n'a été fait.

Suite à la réunion, les locataires ont appris que trois bâtiments avaient été remis en ordre, mais pour les autres il faudra attendre fin de l'année voire début de l'année prochaine … Et d'ici là, qu'en sera-il de la sécurité des personnes ?

Présence d'amiante

Comme dans la plupart des bâtiments publics construit dans les années 70, la cité Freddy Terwagne n'échappe pas à la règle et un rapport de l'Institut Scientifique de service public atteste la présence d'amiante (chrysolite) dans la colle des dalles de sol.

Le problème, c'est que dans plusieurs logements, ces dalles se décollent ou s'effritent, laissant apparaître la colle et donc l'amiante. Et pourtant, malgré les interpellations des locataires, jusqu'à cette action, la direction du Logis minimisait le problème et répondait que le sol était intact et qu'il n'y avait pas à s'inquiéter.

Suite à l'action de ce mardi, le Logis social demande que toutes les personnes concernées prennent contact avec le chef des travaux et promet que des travaux seront entamés dans les plus brefs délais.

 

Un manque d'écoute et de prise en considération

Humidité, électricité, amiante : derrière ces problèmes de santé et de sécurité publique, c'est aussi un grave manque d'écoute et de prise en considération de la part du Logis qui est dénoncé par les locataires. Comme lorsque le directeur des travaux explique qu'il fait exprès de passer à l'improviste pour vérifier comment vivent les gens chez eux. C'est tout bonnement honteux et illégal.

« On parle aux locataires comme s'ils étaient des idiots. On minimise leurs problèmes, on inverse la charge de la preuve. Une telle attitude n'est vraiment pas digne d'une société de logement publique », témoigne Lily, présente à la réunion des locataires.

Une liste de chiffres pour répondre à la santé et à la sécurité des locataires

Dans La Meuse du 10 mars, le Logis social se félicite des 2,3millions d'euros investis dans la cité Terwagne ces dernières années, énumérant la liste des rénovations qui ont été faites : double vitrage, ascenseurs,projet de remplacement des chaudières…1

Autant d'investissements bien nécessaires pour un parc locatif âgé. Nécessaires et malheureusement insuffisants pour répondre aux besoins criants des locataires. « Les problèmes d'humidité durent depuis plus de 2 ans. Certains locataires se retrouvent avec de l'amiante mis à nu. C'est de la santé des personnes dont il est question. Je ne comprends pas comment on peut leur opposer une liste de chiffres en euros », réagit Laura Leon Fanjul.

Par ailleurs, comment comprendre que d'un côté, la Région Wallonne exige que l'électricité soit mise aux normes pour le 28 février 2018 sous peine de déclarer le logement inhabitable afin de garantir la sécurité publique et d'autre part, entendre que le Logis se contente de répondre qu'un seul bloc a été remis aux normes et que les trois prochains le seront...« bientôt » ?

La cité Terwagne, symbole d'une politique de désinvestissement

Les problèmes de rénovation que connaît la cité Terwagne sont le reflets du manque de financement que subissent pratiquement tous les logements sociaux en Wallonie. L'Union des Villes et des Communes parle d'un manque de 5 milliards pour rénover en profondeur le parc locatif public wallon2.

Mais ce manque de financement n'est pas une fatalité, il est le résultat d'une politique de désinvestissement dans le logement social, menée depuis plusieurs législatures au niveau du gouvernement wallon, tous partis confondus.

« Il serait temps que la Wallonie et la Belgique s'inspirent de pays comme les Pays-Bas ou de villes comme Vienne qui développent une réelle politique ambitieuse de logements publics, de qualité et accessible au plus grand nombre. Ces exemples montrent qu'une autre voie est possible », déclare Laura Leon Fanjul.

Ce n'est qu'un début...

À la réunion du mois mars, la direction du Logis social s'est engagée à envoyer un courrier à chaque locataire pour faire l'inventaire de ce qui a été fait et de ce qu'il reste à faire. Elle leur a également donné rendez-vous dans un mois pour faire l'état des lieux.

D'ici là, les locataires vont continuer de s'organiser et de lutter pour qu'aboutissent leurs exigences : un plan de rénovation en profondeur, durable et un agenda concret pour résoudre les problèmes d'humidité, d'amiante et d'électricité. Ce n'est pas le moment de lâcher prise, c'est maintenant que les choses bougent. Dans cette bataille, l'unité de toutes et tous sera nécessaire pour gagner.

1« 2,3 millions € pour la cité Freddy Terwagne », La Meuse, 10/03/2018

2Ce problème ne va faire que s'accentuer, l'âge moyen du patrimoin loué s'élevant à 38 ans en moyenne, et les majorité des logements ayant été construits dans les années 70-80, période de faible qualité constructive et architecturale.


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Irène Santis
    a commenté 2018-03-12 20:08:45 +0100
    Oui on continue et avec ça j’ai apprit que dans le bâtiment 12 une dame à le Maine que moi de l’amiante et le logis lu à dit de recoller les dalles sur la colle an amiante la je dit non Care l’amiante ai toxiques et on peux pas recoller de su je vais m’occuper de l’amiante et faire changer tout sa 4 logement avec sete grase sais de trot sourtout que pour le logis sais pas grave merci au ptb pour leur aide et leur soutien
  • Irène Santis
    a commenté 2018-03-12 20:08:17 +0100
    Oui on continue et avec ça j’ai apprit que dans le bâtiment 12 une dame à le Maine que moi de l’amiante et le logis lu à dit de recoller les dalles sur la colle an amiante la je dit non Care l’amiante ai toxiques et on peux pas recoller de su je vais m’occuper de l’amiante et faire changer tout sa 4 logement avec sete grase sais de trot sourtout que pour le logis sais pas grave merci au ptb pour leur aide et leur soutien

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?