Liège Saint-Lambert : la motion du PTB contre la réduction des horaires aux guichets de la gare votée à l'unanimité au conseil communal de Liège

Suite à l'annonce nationale de suppression des guichets de 44 gares belges, et de réduction d'horaires dans 37 autres, nous avons déposé au conseil communal de Liège une motion visant à se prononcer contre cette décision et ses implications à Liège : une réduction drastique des horaires d'ouverture aux guichets. Lors du conseil communal de ce lundi 1er mars, le texte que vous retrouverez ci-dessous a été adopté à l'unanimité. Une victoire symbolique pour le personnel et les usagers de la SNCB.

Motion contre le plan de la SNCB de réduire les périodes d’ouverture des guichets de la gare Saint-Lambert. 

À l'heure où l'on fait face à des défis de mobilité et climatiques gigantesques, la SNCB décide de supprimer les guichets dans 44 gares et de réduire l’ouverture des guichets dans 37 autres, avec la hausse des tarifs de la SCNB ce 1er février, c’est à se demander si la SNCB ne veut pas pousser les usagers vers la voiture. Dans notre commune la gare de Saint-Lambert est concernée. Cette décision de fermer les guichets est inacceptable quand on sait que 2840 passagers y passaient chaque jour en 2019.

Depuis plusieurs années, à coups de fermetures de guichets et de promotions exclusives sur le web, la direction de la SNCB pousse les usagers à se rabattre sur les automates et les applications en ligne. La baisse de la fréquentation des guichets qui en découle sert aujourd’hui d’excuse pour en fermer d’avantage encore.

Le PTB défend le recours aux technologies modernes pour acheter des billets. Mais le rôle du guichet dans une gare n’est pas que de vendre des billets. Il est aussi de renseigner les usagers, en ce compris sur le tarif le plus avantageux pour eux.  Surtout qu’on n’est pas à l’abri d’une panne géante, comme en 2019, qui empêche toute transaction aux automates. Selon une étude menée par navetteurs.be et la CSC-Transcom en 2019, 96 % des personnes interrogées estiment que les canaux digitaux de vente doivent être complémentaires aux guichets, et non les remplacer. Et 71 % considèrent qu’une gare fermée est une gare condamnée, car on le sait, fermer les guichets revient souvent à fermer les bâtiments de la gare au public. Dans l’accord de gouvernement, il est d’ailleurs prévu que le tarif le plus avantageux sera systématiquement proposé à l’usager. Comment le gouvernement compte-t-il réaliser cette promesse en fermant 1 guichet sur 3 dans tout le pays ?

Un guichet est par ailleurs toujours utile pour une partie de la population qui n’est pas né avec un smartphone en main. Sacrifier les personnes âgées ou analphabètes sur l’autel de la rentabilité, ce n’est pas notre vision de société. Les usagers doivent avoir le choix d’acheter leur billet via les guichets ou via une voie digitale.

Les guichets sont aussi la garantie d’une présence humaine dans la gare. C’est un élément important pour attirer les usagers et en particulier les usagères : une femme sur trois évite les transports en commun par peur d’une agression, selon une étude récente du SPF Mobilité.

Enfin, cette fermeture entraînerait la suppression de 77 emplois (soit un emploi sur huit) aux guichets dans tout le pays. Est-ce ainsi que la SNCB veut remercier le personnel du rail qui a travaillé sans relâche depuis le premier confinement ? Pour rappel, beaucoup d’agents n’avaient aucun matériel de protection au début de la crise du coronavirus. Beaucoup sont tombés malades. Ces travailleurs font partie des héros de la crise. Ils méritent le respect.

Face à la digitalisation, le PTB plaide pour une réflexion sur le nouveau rôle que pourrait remplir les guichets. Trains, mais aussi bus, trams, vélos et voitures partagés : les gares sont souvent des nœuds  de mobilité. C’est le cas à la gare de Saint-Lambert. Pourquoi la SNCB ne développe-t-elle pas les guichets comme points de référence et d’information pour toute la mobilité douce. Les guichets pourraient aussi rendre d’autres services au public : services postaux, points relais pour les colis, services administratifs, centres d’information touristique de base… 

Les guichets ne sont pas le passé, mais le futur de la SNCB et de la mobilité douce. 

Le texte de la motion votée à l'unanimité ce lundi 1er mars

Considérant que la lutte contre le réchauffement climatique est un problème majeur qui nécessite une réponse immédiate,

Considérant que la part modale du ferroviaire est cruciale, tant en termes de mobilité que dans l’atteinte des objectifs climatiques,

Considérant que les guichets ont un rôle à jouer dans la promotion du train, l’information aux voyageurs, l’aides aux personnes qui ne peuvent pas toujours utiliser un automate ou Internet,

Considérant qu’une série de services ne sont offerts qu’à un guichet, comme par exemple la confection de cartes Mobib, cartes Student Multi, cartes familles nombreuses, cartes BIM, duplicata en cas de pertes ou de vols, accompagnement du client dans l’offre tarifaire de la SNCB, certains remboursements de produits achetés par erreur aux distributeurs, etc.,

Considérant l’étude de la Ligue des Familles de 2017 et d’Eneo sur le stress des gens face aux nouvelles technologie qui montre que 40 % des personnes interrogées se plaignent des services publics qui ne sont plus joignables ni par téléphone ni via un guichet,

Considérant que selon une étude menée par navetteurs.be et la CSC-Transcom en 2019, 96 % des personnes interrogées estiment que les canaux digitaux de vente doivent être complémentaires aux guichets, et non les remplacer, 

Considérant que l’accueil des usagers est crucial pour rendre les trains attrayants et accessibles pour tou.te.s,Considérant que les personnes plus âgées ou plus fragiles doivent pouvoir trouver une aide, afin de leur permettre de prendre le train facilement et de se déplacer librement ;

Considérant que les gares constituent, et doivent rester, des lieux de vie et de rencontres,

Considérant que la réduction de l’amplitude horaire des lignes ferroviaire et de l’accès aux guichets risquent de peser sur la fréquentation des gares, du nombre d’usagers, menant hypothétiquement à l’augmentation des points d’arrêt non-gardés avant, in fine, de mener à une réduction du nombre d’arrêts,

Considérant que selon une étude du SPF Mobilité, une femme sur trois n’ose pas prendre les transports en commun par crainte d’une agression, et qu’une présence dans les gares peut aider à rassurer les usagères,

Considérant l’état de dégradation rapide des bâtiments et de la sécurité dans gares où il n’y a plus de personnel présent en gare,

Considérant le plan de la SNCB de réduire l'ouverture des guichets en gare de Saint-Lambert. 

Considérant le nombre important de voyageurs en passage à Saint-Lambert (2840 personnes par jour en 2019),

Considérant que la SNCB est une entreprise publique et qu’aucune obligation en matière de maintien des guichets ne figure, pour l’heure, dans son contrat de gestion,Considérant qu’un nouveau contrat de gestion est en cours de rédaction avec la SNCB,

Considérant que Liège attend un projet ambitieux de nouvelle gare place Saint-Lambert depuis longtemps;


Le conseil communal de Liège demande au conseil d’administration de la SNCB et au gouvernement fédéral :

- de revenir sur ses plans et de garder les heures d’ouverture des guichets de la gare de Saint-Lambert, et au contraire d’élargir les heures d’ouverture de cette gare particulièrement bien située dans le centre ville.

- de transformer les guichets de la gare de Saint-Lambert en points de référence et d’information pour toute la mobilité douce, en collaboration avec les services de la commune et les autres acteurs de mobilité douce

- de collaborer avec d’autres services publics en vue de transformer les guichets de la gare de Saint-Lambert de telle manière qu’ils puissent rendre d’autres services au public : services postaux, points relais pour les colis, services administratifs, centres d’information touristique de base… 

- d’appeler la SNCB et le Ministre de tutelle à inscrire dans le prochain contrat de service public de la SNCB l’exigence d’un accueil de qualité dans les gares.

- de mettre en place l'accompagnement des citoyens usagers pour lutter contre la fracture numérique.

- de collaborer avec la Wallonie pour étendre les missions attendues des guichets de guerre et englober également la mobilité douce.

Envie d’agir avec le PTB ?