Il faut sauver les services d’accrochage scolaire menacés de fermeture par la Province de Liège

Ce jeudi 27 mai, le conseiller provincial PTB Rafik Rassaa interrogera le collège provincial PS-MR à propos des restrictions budgétaires imposées notamment aux services d'accrochage scolaire (S.A.S.) de l'asbl Compas Format. Avec ses trois antennes à Waremme, Seraing et Verviers, cette asbl a assuré le suivi de pas moins de 150 élèves durant l'année scolaire écoulée. Elle est aujourd'hui menacée par la perte de 3 emplois sur les 6 habituellement financés par la Province avec un risque de fermeture pure et simple pour l'antenne de Waremme. Pour le PTB, il est inconcevable que les services d'accrochage scolaire soient sous-financés particulièrement après les deux années scolaires difficiles que nous venons de connaître avec la pandémie. Le collège PS-MR entendra-t-il les centaines de pétitionnaires, l'appel des syndicats et des parents pour préserver ces S.A.S. ?

Question d'actualité de Rafik Rassaa (PTB) au conseil provincial du 27 mai 2021

Au dernier conseil provincial d’avril, nous votions dans une belle unanimité le rapport d’évaluation annuel relatif au contrat de gestion conclu entre la Province de Liège et l'asbl « Compas Format » – Exercice 2019/Prévisions 2020. Rapport qui justifiait le besoin de l’association en 12 ETP et concluait en indiquant « que les obligations contractuelles ont été respectées par l’asbl « Compas Format » justifiant ainsi la bonne exécution des missions de service public confiées à l’association. »

Et qu’apprenons-nous il y a quelques jours ? La Province de Liège a décidé de réduire de moitié la mise à disposition de son personnel dans ce service d’accrochage scolaire. Avec, comme conséquence directe pour l’antenne de Waremme, une possible fermeture pure et simple puisque la fédération Wallonie-Bruxelles exige un minimum de 3 ETP pour la reconnaissance d’un S.A.S. (Service d’Accrochage Scolaire). Comment se fait-il que cette mission essentielle de service public puisse être délaissée par la Province ? Après une année scolaire particulièrement difficile, marquée par des fermetures de classe, une hybridation scolaire synonyme d’isolement et d’aiguisement des inégalités sociales et un décrochage scolaire plus important, considérer que cette mission d’accrochage scolaire est soudainement secondaire est juste inconcevable.

Je devine déjà la réponse et les 45 millions que la Province va devoir dégager pour financer les zones de secours. Mais je ne peux m’imaginer que la Province puisse laisser dépérir un service d’accrochage scolaire en cette période. Pourquoi la Province de Liège ne négocie-t-elle avec l’autre pouvoir de tutelle, à savoir la Fédération Wallonie-Bruxelles, une augmentation de l’enveloppe consacrée aux SAS avant tout désengagement ? Alors que les emplois APE ont eu la garantie d’être financés, allez-vous, madame Brodure-Willain, entendre les centaines de signataires de la pétition lancée par l’Asbl Compas Format et la délégation syndicale qui se bat pour la pérennisation des emplois, et revenir sur votre décision de réduire de moitié le personnel provincial mis à disposition ?

Rafik Rassaa, conseiller provincial PTB

Envie d’agir avec le PTB ?