Le PTB demande le maintien des conseils communaux à Liège, comme dans les grandes villes de Belgique, en digital

Comme il a été encore répété mercredi au parlement par notre porte-parole national, en ces temps de crise, le PTB entend jouer son rôle d’opposition de façon constructive. Il en va de même au niveau communal.

Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB au conseil communal de Lège « Bien entendu, tenir le conseil avec 49 conseillers et quelques membres du personnel aurait été irresponsable et contraire aux mesures édictées mercredi soir à l'issue du Conseil National de Sécurité. Mais nous avons des propositions alternatives. Tout d’abord il y a l’exemple de Gand, où les élus ont installé, en 1 jour à peine, un système digital pour tenir les commissions et la réunion des chefs de groupe. Cela fonctionne très bien et ils vont utiliser ce système pour le Conseil communal, avec plus de 50 personnes. Si la seconde ville de Flandre peut garantir ça pour ses 248.000 habitants, la ville de Liège peut forcément faire de même pour les près de 200.000 liégeoises et liégeois»

Il est tout à fait légitime que le Collège prenne, dans l’urgence, toutes les décisions nécessaires pour combattre le coronavirus et mettre en œuvre les décisions prises aux niveaux de pouvoir supérieurs. Mais c'est important que le conseil ait lieu et qu'il y ait un contrôle des élus sur la gestion de la crise. La majorité doit pouvoir être contrôlée. C’est un principe démocratique essentiel, même en temps de crise. Un contrôle constructif comme nous l’avons dit. Le PTB soutient bien entendu toutes les mesures de la Ville et du CPAS visant à protéger leurs travailleurs et la population liégeoise du coronavirus.

«Il est essentiel que la Ville utilise tous ses moyens pour garantir l'approvisionnement en matériel et la protection du personnel médical qui est en première ligne, dans les maisons de repos, dans les maisons médicales etc. Il faut aussi une ligne téléphonique de soutien aux personnes seules, isolées, pour qu'elles puissent avoir un interlocuteur à l'écoute, qui puisse rompre la solitude, vaincre la détresse et aider à résoudre les problèmes urgents de ces personnes désemparées,… Comme opposition, nous voulons amener nos idées et contrôler que les mesures prises répondent bien aux besoins de la population» déclare Sophie Lecron. Le PTB veut aussi aller plus loin. Nous sommes particulièrement vigilants aux conditions de travail du personnel. Nous estimons que les services non essentiels de la Ville devraient être fermés. Les travailleurs, s'ils ne peuvent pas se rendre utiles pour renforcer un service essentiel, devraient alors pouvoir bénéficier d'une dispense de service. 

Enfin, le PTB demande au bourgmestre d’accorder une attention particulière aux plus démunis, qui sont les plus à risque face à la contamination mais aussi les plus impactés par les conséquences du confinement. Le collège communal a déclaré dans un communiqué de presse qu'il chargeait ses différents services de maintenir un contact permanent avec l’ensemble des responsables de structures privées afin d’évaluer la situation en continu. Le PTB demande qu’à chaque contact, un état des lieux soit établi, et selon les besoins, de mettre à disposition un soutien d’urgence aux associations de terrain. Ce soutien doit comporter une mise à disposition de locaux si besoin, de matériel (masques,…) et un subside extraordinaire aux associations recevant déjà un subside de la ville.

 

Crédits photo : Antonio Gomez Garcia

Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?