Publifin / Nethys : le PTB demande la mise sur pied d’un bureau de la transparence et de l’éthique à Liège

Les nominations récentes de Dominique Drion et d’André Gilles nous ont rappelé à quel point les décisions dans la nébuleuse de Nethys et ses filiales sont opaques et si peu soumises au contrôle citoyen et démocratique. « Il a fallu attendre la publication fin septembre au moniteur d’une décision prise en juin pour que l’info percole. La structure à plusieurs étages de Publifin continue à être synonyme d’opacité et d’obstacle à l’information du public. », réagit Sophie Lecron, tête de liste PTB. « Les investigations autour de la galaxie Publifin / Nethys n’ont pas encore fini de tout révéler des pratiques révoltantes d'une partie du monde politique complètement déconnectée des réalités de la population. La transparence ne tombera pas du ciel, c’est la raison pour laquelle nous voulons mettre sur pied un bureau de la Transparence et de l’Éthique, qui s’inspirerait du modèle barcelonais. » avance la conseillère communale.

L’Oficina para la Transparencia y las Buenas Prácticas à Barcelone compte 56 membres qui ont pour tâche de veiller à ce que la gestion des deniers publics se fasse dans le plus strict respect de la loi. Une « boîte aux lettres éthique » (buzón ético en espagnol) est mise à la disposition des fonctionnaires et des citoyens qui veulent dénoncer un abus ou des faits de corruption. Le bureau passe également au crible les contrats signés par la ville afin d’y détecter d’éventuelles irrégularités, vérifier qu’il n’y a pas recours au dumping social ou environnemental et s’assurer qu’aucun contrat n’a été signé avec une société possédant des filiales dans un paradis fiscal.

Et Sophie Lecron d’ajouter « Nous voulons un bureau qui contrôle la gestion des deniers publics de la ville, un bureau qui combatte fermement la corruption et les confusions d’intérêts. Un bureau qui protège les lanceurs d’alerte, un bureau vers lequel fonctionnaires et citoyens peuvent se tourner et adresser leurs plaintes. Garantir la transparence passe aussi par le contrôle. »

Pour le PTB, cette transparence est nécessaire parce que la ville est un domaine public, parce que la ville est financée par les deniers publics, parce que la ville est le lieu où les citoyens vivent ensemble, habitent, travaillent, se déplacent, se détendent. La ville doit donner la priorité aux besoins des citoyens et non aux intérêts des barons de l’immobilier, des holdings financiers et des spéculateurs.

« Le Bureau de la Transparence et de l’Étique aura pour tâche de tout mettre sur la table : les contacts avec les promoteurs immobiliers, le rôle d’Ogeo Fund dans divers dossiers liégeois, les accords avec JCDecaux, les marchés publics liés au futur Tram et bien sûr les diverses imbrications du dossier Publifin / Nethys. », conclut Sophie Lecron.

 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?