Quel avenir pour le fond de pension OGEO après la refondation de l’intercommunale RESA ?

Ogeo Fund, le fond de pension liégeois de 4.273 travailleurs des services publics, a de nouveau été cité dans des transactions douteuses pour l'achat d'une villa en Thaïlande d'un mandataire PS. Le conseiller provincial PTB, Rafik Rassaa, a interrogé le collège provincial, en tant qu'actionnaire de plusieurs intercommunales, sur l'avenir de ce fond de pension notamment après l'intercommunalisation annoncée de RESA. Voici le texte de son intervention.

Question d'actualité de Rafik Rassaa (PTB) au conseil provincial du 23 mai 2019

Ogeo Fund a de nouveau été cité dans une enquête judiciaire. Le 16 mai, les journalistes David Leloup et Tom Cochez révélaient en effet que le député fédéral et ex-bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS) est suspecté de blanchiment d’argent à la suite de l’achat d’une villa à 475 000 euros sur une île thaïlandaise. Le parquet général de Liège a ouvert une instruction judiciaire portant notamment sur l’origine des fonds ayant permis cette acquisition il y a trois ans. Les journalistes nous apprennent qu’un prêt de 200 000 euros a été accordé à Alain Mathot par son « meilleur ami flamand », Erik Van der Paal, lobbyiste et promoteur immobilier proche de Bart De Wever. C’est ce prêt qui interpelle la justice belge, car il a été réalisé par sociétés interposées avec des fonds issus d’Ogeo Fund, le fonds de pension liégeois. C’est en effet le promoteur immobilier anversois Land Invest Group, qu’Ogeo finançait et dont il détenait 50 %, qui a prêté l’argent à son autre actionnaire, Elba Advies, société d’Erik Van der Paal. Cette dernière a ensuite prêté ces mêmes fonds à la société immobilière d’Alain Mathot, Almaure.

La justice fera son travail d’investigation et rendra son verdict. Mais ce qui continue d’interpeller, c’est à nouveau la citation du fond de pension liégeois dans une nouvelle affaire. Ce fond de pension est un des plus grand de Belgique et gérait fin 2017 1,2 milliard d'euros pour payer les pensions actuelles et futures de 4.273 agents du service public. Ce sont des travailleurs issus principalement des grandes intercommunales liégeoises (Publifin, les pompiers de l'IILE, la Cile, l’AIDE...). Plus de la moitié de ces pensionnés (2.180) proviennent de l'intercommunale Publifin/Enodia.

La gestion d’OGEO n’a pas brillé par sa transparence ces dernières années et c’est le moins que l’on puisse dire. Les organisations syndicales se sont exprimées à plusieurs reprises pour exiger un droit de regard sur les décisions aventureuses, risquées, opaques et peut-être illégales que les organes de gestion de ce fond ont prises.

Le futur parlement de Wallonie se penchera-t-il peut-être sur les pratiques au sein de ce fond. Mais en attendant, l’intercommunalisation de RESA offre une occasion pour augmenter la qualité du contrôle public, syndical et citoyen et rassurer les travailleurs pensionnés ou futurs pensionnés.

Mes questions, monsieur le député provincial,
1. La Province de Liège compte-elle exiger la mise en place d’un vrai comité social au sein d’Ogeo afin de garantir aux représentants des travailleurs pensionnés un véritable droit de regard sur les décisions du fond.
2. L’intercommunalisation de RESA va changer les rapports de force au sein d’OGEO. Quelle sera la position de La Province de Liège en tant qu’actionnaire ?

Rafik Rassaa
Chef de groupe PTB


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?