La Ville de Liège va-t-elle prendre le pas de Bruxelles et commander une étude sur la gratuité des TEC ?

Le PTB continue de plaider pour la gratuité des transports en commun, notamment dans la ville la plus congestionnée de Wallonie qu'est Liège. Les premiers résultats de l'expérience de Dunkerque confortent notre revendication. Et les lignes bougent aussi en Belgique puisque des élus PS et Cdh soutiennent désormais l'étude de cette gratuité pour le réseau STIB. Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB, interpellera le collège lundi 25 février pour demander une telle étude pour l'agglomération de Liège.

La gratuité, une nécessité pour réduire la présence de la voiture

Nous sortons d’un simulacre de débat sur le Plan Urbain de Mobilité qui a bétonné une liaison autoroutière d’un autre temps et la majorité PS-MR a fait ce choix passéiste en connaissance de cause. Mais ce débat sur la mobilité a aussi mis en avant le besoin essentiel d’une réorganisation du réseau de transport en commun avec 14 lignes structurantes, 3 lignes de rocade et une ligne de tram que l’on espère la plus longue possible.

Comme exprimé lors du dernier conseil communal à Liège, le PTB est convaincu que faire changer les pratiques de mobilité des liégeois.es de toute l’agglomération pour qu’ils adoptent les transports en commun passe par une plus grande efficacité et qualité du réseau. Mais cette condition nécessaire risque d’être insuffisante pour espérer un transfert modal conséquent de la voiture vers les transports en commun. Augmenter la part des transports en commun pour atteindre les 40 % en zone urbaine dense et les 30 % en zone moins dense passera par une autre modification importante : l’instauration de la gratuité. C’est le choix d’une mobilité écologique et sociale. Un choix gagnant comme le prouve le bilan récent de Dunkerque.

Dunkerque montre l’exemple

Après 4 mois seulement de gratuité des bus dans la communauté urbaine de Dunkerque, les chiffres avancés sont remarquables : une augmentation de la fréquentation de +150 % durant le week-end et de +50 à +60 % en semaine. Comme l’explique Patrice Vergriete, maire et président de la communauté urbaine dunkerquoise (CUD), outre cette augmentation de la fréquentation, c’est aussi une baisse des incivilités de 60 % qui été constaté. DK’Bus, la société de transports a embauché 30 nouveaux employés et lé réseau a investi dans l’achat de 3 nouveaux bus électriques et envisage une réflexion sur le bus à hydrogène. La réorganisation et le développement du réseau combinés à la gratuité sont incontestablement une réussite aujourd'hui dans l’agglomération du nord de la France.

Le Luxembourg envisage également de prendre le train de la gratuité

Au Grand Duché du Luxembourg, on envisage l’instauration de la gratuité de tous les transports en commun d’ici un 2020. Alors que les moins de 20 ans bénéficient déjà de la gratuité depuis août dernier, la mesure a été présentée surtout commune une mesure sociale « pour ne pas laisser se creuser l’écart entre les riches et les pauvres » explique Danielle Frank, porte-parole du ministère de la mobilité et des travaux publics. « Pour les petits salaires, les dépenses de transport comptent. Il était plus simple de rendre gratuit pour tout le monde ». Mais sans aucun doute, l’augmentation de la fréquentation liée à cette gratuité aura aussi un impact environnemental certain.

Et en Belgique ?

En Belgique la débat avance également puisqu’à Bruxelles un ministre cdh et le vice-président PS de la STIB annoncent qu’ils soutiendront une mise à l’étude de la gratuité du réseau bruxellois de transports en commun. Les lignes bougent donc et il s’agit maintenant de passer aux actes. Aujourd’hui près de 110 réseaux de transports publics dans le monde ont adopté la gratuité, dont 39 aux États-Unis et 22 en France. Les deux plus grandes villes sont Tallin en Estonie (450,000 habitants) et Dunkerque en France (200,000 habitants). De plus en plus de villes de grande taille lancent des études. C’est le cas à Grenoble, Amiens, Perpignan et Clermont-Ferrand en France.

Pour le PTB, une étude doit être envisagée pour l’agglomération de Liège. Sophie Lecron interpellera le collège ce lundi 25 février pour demander que la Ville prenne l’initiative au sein de Liège-Métropole de commander une étude de faisabilité. L’étude ne manquera pas sans doute de poser la question essentielle du financement. Le Versement Transport en France – contribution due par les employeurs privés ou publics qui emploient au moins onze salariés – est notamment à considérer en Belgique où les embouteillages des heures de pointes génèrent chaque année une perte de plus de 4 milliards d’euros.

 

Interpellation au conseil communal du 25/02/2019

La ville de Liège va-t-elle prendre le pas de Bruxelles et commander une étude sur la gratuité des TEC ?

Nous sortons d’un simulacre de débat sur le Plan Urbain de Mobilité qui a bétonné une liaison autoroutière d’un autre temps et la majorité PS-MR a fait ce choix passéiste en connaissance de cause. Mais ce débat sur la mobilité a aussi mis en avant le besoin essentiel d’une réorganisation du réseau de transport en commun avec 14 lignes structurantes, 3 lignes de rocades et une ligne de tram que l’on espère la plus longue possible.

Nous sommes convaincus que réussir à convaincre les liégeois de toute l’agglomération de faire un choix positif pour les transports en commun passe par une plus grande efficacité et qualité du réseau. Mais cette condition risque d’être insuffisante pour espérer un transfert modal conséquent de la voiture vers les transports en commun. Augmenter la part des transports en commun pour atteindre les 40 % en zone urbaine dense et les 30 % en zone moins dense passera par une autre modification importante : l’instauration de la gratuité.

Après 4 mois seulement de gratuité des bus dans la communauté urbaine de Dunkerque, les chiffres avancés sont remarquables : une augmentation de la fréquentation de +150 % durant le week-end et de +50 à +60 % en semaine.

En Belgique aussi ça bouge puisqu’à Bruxelles un ministre Cdh et le vice-président PS de la STIB demandent désormais de mettre à l’étude la gratuité du réseau de trams et de bus à Bruxelles.

Enfin, le Grand Duché du Luxembourg a de son côté dépassé le stade de l’étude et envisage l’instauration de la gratuité des transports en commun d’ici un an. Ces expériences s'ajoutent à la désormais longue liste de villes à pratiquer la gratuité.

Aujourd'hui alors que la jeunesse aux quatre coin du pays tire la sonnette d'alarme pour l'urgence climatique, au moment où les gilets jaunes et les mouvements syndicaux tirent la sonnette d'alarme pour l'urgence sociale, au moment où notre ville connaît le triste palmarès de ville la plus congestionnée de Wallonie, ... la Ville de Liège ne peut-elle pas prendre l’initiative – au sein des associations supracommunales Liège-Métropole ou de Liège-Europe-Métropole – de commander une étude sur la gratuité des transports en commun dans l’agglomération liégeoise ?

Sophie Lecron
Cheffe de groupe PTB

 

(cc : Photo harry_nl sur Flickr.com)


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?