Les autorités communales doivent intervenir en urgence dans les quartiers sinistrés pour protéger les habitants du froid

« Mes enfants se lèvent avec les lèvres bleues tous les matins » racontait une mère dans la rue Garde-Dieu, la semaine dernière lors d'une distribution de soupe par les équipes du PTB. C’est inacceptable. Les autorités doivent intervenir en urgence.

« C'est intolérable d’entendre ça dans notre pays, en 2021 », tonne Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB à Liège. Et ce n’est pas un exemple isolé. « Un autre bénévole qui distribuait de la soupe réagissait : On se croirait de retour au 19e siècle. Et il a raison. Voilà plusieurs semaines que nous alertons la majorité PS-MR sur ce problème. »

Il y a beaucoup de cas différents dans les quartiers sinistrés, qui aboutissent à la même conclusion : les gens ont froid. Pour certains, l'assurance n'a pas encore payé ou ne prend pas en charge les sommes nécessaires pour réparer l'installation. S'ajoute à cela la difficulté de trouver des corps de métier disponibles pour remettre aux normes les installations après le passage de RESA ou pour rénover la maison. Et enfin, le surcoût énormes des énergies, qui peut malheureusement atteindre voire dépasser les 1000€. « Ces personnes n’osent pas allumer trop leur chauffage électrique à cause de la facture, et même quand elles le font ça ne suffit évidemment pas », poursuit Sophie Lecron.

La situation est loin d’être sous contrôle et voilà encore un témoignage qui le prouve. Les aides promises pour l’énergie, notamment les 16 millions € de la région wallonne, sont totalement insuffisantes, et les habitants le voient bien. C'est bien sûr un poids en moins mais ça ne résout pas le problème. 

« Les sinistrés liégeois ont besoin d’une prise en mains en urgence. Le froid est là, il n’a rien à faire des jeux politiques entre communes et région. Les autorités politiques communales doivent prendre ça au sérieux. C'est intolérable de laisser des gens vivre dans ces conditions. C'est pourquoi j'interpellerai la majorité ce lundi 29 septembre : la ville va-t-elle intervenir en urgence pour aider les ménages sinistrés qui ont froid ? Comment va-t-elle s'assurer qu'ils puissent passer l'hiver au chaud ? » conclut la cheffe de groupe.