Un local pour les sinistré-e-s de Chênée

« On occupait un local, la salle de gym à côté du centre culturel de Chênée. Pour y accéder, il fallait juste montrer l'attestation de sinistré. On pouvait y manger, y boire une café et surtout parler avec d'autres personnes qui étaient dans la même situation que nous. On pouvait y prendre une douche et laver notre linge. Ça faisait du bien, ça nous permettait aussi d'oublier l'état de nos maisons. On était d'ailleurs plusieurs à donner un coup de main dans le centre pour accueillir d'autres personnes sinistrées. Moi, ça faisait deux mois que je donnais un coup de main. Et le 7 décembre, on nous a annoncé que le local fermait. Mêmes les deux responsables qui étaient avec nous dans le local ont appris la nouvelle le jour-même. On leur a donné un coup de main pour ranger tout le matériel que la Ville est venue reprendre. Maintenant, on se retrouve de nouveau sans rien ».

Condamné, l’échevin de l’instruction publique n’a plus sa place dans la majorité

Le verdict est tombé : l'échevin liégeois de l'Instruction publique Pierre Stassart (PS) a été condamné à un an de prison avec sursis et 16 000€ d’amende.

A quand le retour du chauffage à l’école communale du Thier-à-Liège ?

Depuis le jeudi 8 décembre, il n’y a plus de chauffage dans la partie maternelle de l’école communale du Thier-à-Liège. Cela concerne 5 classes d’enfant de 2,5 à 5 ans. Ce sont plus de 100 enfants concernés. Le problème : la tuyauterie serait trop vétuste et cela nécessiterait de gros travaux. Mais depuis ce constat, rien, aucun chantier n’a commencé. Entre-temps, la direction et l’équipe éducative n’ont eu d’autre choix que de mettre en place des solutions sparadraps, évidemment nécessaires mais intenables.

Le centre de dons de l’asbl Abeilles solidaires a besoin d'un local

Les autorités communales doivent intervenir en urgence dans les quartiers sinistrés pour protéger les habitants du froid

« Mes enfants se lèvent avec les lèvres bleues tous les matins » racontait une mère dans la rue Garde-Dieu, la semaine dernière lors d'une distribution de soupe par les équipes du PTB. C’est inacceptable. Les autorités doivent intervenir en urgence.

La lutte contre le harcèlement sexuel, une mission d'ordre publique à mettre en place dès l'école primaire

Depuis des semaines, les témoignages de violences sexuelles inondent les réseaux sociaux. Des faits graves commis dans des lieux où les femmes devraient se sentir libres de faire la fête. Léa Tuna, Céline Fassotte et Louise Ferida Defawes, trois conseillères communales du PTB à Liège, réagissent.

A quand l’ouverture effective du parking vélo sécurisé au centre-ville de Liège?

Les vols de vélos augmentent à Liège. Un parking couvert et sécurisé est prévu depuis le printemps, mais nous n'avons toujours aucune nouvelle concrète sur l'avancement des travaux. Antonio Gomez Garcia, conseiller communal PTB, interpellera la majorité communale sur ce point lors du conseil du 29 novembre 2021. 

Perte d’emplois, baisse des subsides et réduction des frais de fonctionnement : le PTB s’oppose au budget provincial d’austérité présenté le collège PS-MR

Ce jeudi, le PTB a voté contre le budget d’austérité présenté par le collège provincial PS-MR. Rafik Rassaa, chef de groupe PTB a exprimé son profond désaccord avec les choix anti-sociaux de la majorité à la tribune du conseil provincial : « Perte d’emplois - 370 pertes à l’horizon 2024 - réduction linéaire des frais de fonctionnement de 15 %, baisse de dizaines de subsides : l’austérité budgétaire est bien-là et elle se fait aux dépens du personnel et de la qualité des aides et services provinciaux. »

Gratuité du parking P+R de Vottem et de sa navette : une connexion qui roule !

Liège a plus que jamais besoin d’être désengorgée. Les embouteillages rendent fou ! La gratuité du parking P+R à Vottem et de la ligne 39 qui faisait la navette jusqu'au centre-ville était une partie de la solution. Malheureusement, le 15 octobre, cette gratuité a pris fin pour la navette, et ce sera bientôt le cas pour le parking lui-même. Pour le PTB, il faut prolonger et entériner la gratuité.

Comment la Ville va t-elle garantir que le surcoût énergétique ne soit pas porté par les personnes sinistrées ?

« En 2 jours, j’ai dépensé 30€ sur mon compteur à budget, depuis je ne chauffe plus. Il fait 14 degrés dans ma maison ». Voilà ce qu’on entend quand on parle avec les habitants d’Angleur. Le froid arrive et fait peur. Mais beaucoup n'osent même plus se chauffer par crainte des surcoûts sur la facture. La ville doit réagir et plus de 20 personnes se sont rassemblées devant le conseil communal du 25 octobre pour soutenir la demande d'Antonio Gomez Garcia.